Le monde du web est rempli de terminologies et sémantiques d’apparence compliquées, mais qui ne demandent au final que quelques minutes pour être comprises. Décryptage des termes du Web dans ce billet avec l’aide de Julien Galland, référenceur dans une agence de communication à Bourg-en-Bresse

SEO : 

  • Le SEO, pour Search Engine Optimization, désigne l’ensemble des techniques ayant pour but d’améliorer le positionnement d’un site dans les résultats des moteurs de recherche (on appelle cela le référencement naturel). Pour l’exemple, si vous êtes un paysagiste exerçant sa fonction dans la région toulousaine, les techniques dîtes SEO vous permettront d’atteindre la première page d’une requête type « paysagiste toulouse ».
  • On distingue généralement deux domaines de méthodes SEO : le « OnSite » (sur le site) et le « OffSite ».
  • Le OnSite représente avant tout une méthodologie d’efficacité technique et de contenu. Un site sécurisé, rapide au chargement, avec un contenu de qualité sera considéré comme un bon site d’un point de vue « OnSite ».
  • A contrario, le « OffSite » désigne les techniques destinées à améliorer la popularité d’un site selon les algorithmes de Google. En bref, et tout simplement : à rechercher et créer des liens de qualité vers le site-cible. Pour reprendre l’exemple du paysagiste, être référencé dans des annuaires et plateformes comme http://www.lesentreprisesdupaysage.fr peut être considéré comme une démarche de référencement OffSite, car créant un lien externe vers votre site internet, et donc une nouvelle porte d’entrée par laquelle un visiteur peut découvrir votre entreprise.

 

SEA :

 

  • Le SEA (pour Search Engine Advertising) représente une alternative plus directe au SEO. Simplement, vous payez un moteur de recherche pour être affiché en haut de ses pages sur les requêtes qui vous intéressent. Vous définissez alors un budget, et chaque clic sur votre site internet prélève une certaine somme sur ledit budget, jusqu’à son épuisement. Il s’agit donc d’une alternative temporaire, payante, mais aussi et surtout immédiate. Elle peut donc être intéressante si vous possédez un site internet de qualité mais ne souhaitez pas dépenser du temps ou beaucoup d’argent dans du SEO de longue haleine.
  • Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter AdWords, le service publicitaire de Google : https://ads.google.com/intl/fr_fr/home

Inutile de le nier, le SEO tend vers une spirale négative et ce depuis de nombreuses années. En cause : la facilité, autrefois bien connue, de faire ranker son site dans les classements de Google. On s’en rappelle bien, des fameuses balises Meta-keywords, ou alors de ces redirections 301 spammées avec plus de zèle qu’un bot russe.

Le problème, c’est qu’aussi malins puissions-nous être, notre métier n’est qu’un jeu de chat et souris avec le géant Américain qu’est Google. Et il arrive, parfois – souvent même – que nous nous fassions avoir.

Cela peut être frustrant de se voir pris la main dans le sac, et de regarder plusieurs mois de travail partir en fumée.

Cependant, j’incite souvent à la réflexion dans de telles situations.

Ce que Google ne veut pas, et ne voudra jamais

Je prends en inspiration l’excellent livre de Julien Ringard « Ce que Google veut. » Mais prenons le problème dans le sens inverse. Car au final, savoir ce que Google veut ne sert qu’à une chose : savoir ce qu’il ne veut pas. Savoir quand abuser de lui, mais aussi savoir quand s’arrêter. L’interdit et le toléré sont les deux facettes les plus importantes de notre métier.

En théorie, le SEO est l’ennemi de Google. Il faut le convaincre du contraire.

Comment ? En adoptant une démarche qualitative. Ce que Google ne veut pas, c’est voir son moteur de recherche remplit de résultats non qualitatifs, avec du contenu maigre et ne répondant pas aux questions de l’utilisateur. Car il faut bien le comprendre : un moteur de recherche doit être un moteur de réponse. L’utilisateur n’a ni le temps ni la patience de fouiller, et Google en a bien conscience. Alors c’est dans son intérêt, et dans l’intérêt de son système publicitaire (AdWords) de fournir à son utilisateur l’information qu’il demande, et ce le plus souvent possible.

Il faut donc, en tant que expert seo, aller dans ce sens, et ne jamais perdre de vue la finalité non pas de Google, mais du Web en général : nous fournissons de l’information. Et dans un univers aujourd’hui très concurrentiel, il est important à la fois pour Google mais aussi pour l’utilisateur de fournir la meilleure qualité d’information possible. (si vous ne vous sentez pas capable de transmettre l’information vous-même, pourquoi ne pas avoir recourt aux services d’un rédacteur web freelance ?)

Quoiqu’il en soit, le SEO doit passer après. Les objectifs de vente aussi. Car une règle élémentaire subsistera quoiqu’il arrive : un utilisateur satisfait est un utilisateur en confiance. Un utilisateur en confiance est actif.